Maladies, sols et climat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladies, sols et climat

Message par saint-marc le Sam 31 Déc - 7:28

Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente

Introduit pour ses fruits à l’époque romaine, le châtaignier fait aujourd’hui partie de nos paysages régionaux. Depuis une trentaine d’années, des dépérissements de châtaigniers sont observés. Malgré une régression du chancre, champignon attaquant l’écorce de l’arbre, l’état sanitaire de cette essence continue de se dégrader. Une étude réalisée en 2014 par le CRPF a permis de quantifier ce problème dans le sud-est de la Charente, de mieux comprendre les causes de ce phénomène et de proposer quelques solutions.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un chancre virulent se traduit par de nombreux rejets ligneux à la base.

Au sein des pays Sud Charente et Horte et Tardoire, un tiers des châtaigneraies sont dans un mauvais état sanitaire. Le chancre est présent de manière significative dans 70 % des 120 placettes étudiées. Dans près de la moitié des cas, il guérit spontanément : on parle de chancre hypovirulent. Dans les autres cas, il est virulent : la qualité et la vigueur des arbres sont très diminuées. Par ailleurs, près de 10 % des placettes inventoriées sont touchées par l’encre, maladie racinaire souvent à l’origine de mortalités massives et brutales. Ce pathogène est bien plus présent qu’on ne le pensait il y a quelques années. Outre ces deux maladies, d’autres facteurs influent sur l’état sanitaire des arbres : conditions climatiques, sol, type de gestion pratiquée, conditions d’exploitation,…
L’étude a mis en évidence que les dépérissements étaient principalement liés à deux facteurs : la faible fertilité des sols et la présence du chancre. Les secteurs les plus sensibles correspondent aux sols très acides ou présentant un déficit hydrique estival important. Le chancre est plus virulent lorsque la température moyenne annuelle est supérieure à 12,5° C sur des sols déficitaires en eau. Ces secteurs correspondent aux zones où la température moyenne annuelle a augmenté de plus de 0,6° C au cours des 30 dernières années.
Dans les situations critiques, malheureusement les plus fréquentes dans le sud de la Charente, le châtaignier ne pourra pas être maintenu comme essence objectif. Il devra alors être remplacé par une essence plus adaptée, soit par plantation en plein, soit par enrichissement par bandes.
Les résultats de cette étude, réalisée localement avec une élève ingénieure et en liaison avec le Département de la Santé des Forêts, n’ont pas vocation à être généralisés. Néanmoins, le mauvais état sanitaire du châtaignier est bien réel et ne peut malheureusement que s’aggraver dans un avenir proche.
avatar
saint-marc

Messages : 851
Date d'inscription : 05/09/2016
Age : 59
Localisation : Poitiers

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum