Le cerveau et la drogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le cerveau et la drogue

Message par Line le Mer 3 Aoû - 11:52

Une personne qui se désintoxique, son cerveau retrouvera t-il toutes ses fonctionnalités ou non.
Quelle partie  du cerveau est endommagée quand on se drogue ?
avatar
Line

Messages : 657
Date d'inscription : 03/07/2016
Localisation : Est / vers Besançon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cerveau et la drogue

Message par Aelyta le Jeu 4 Aoû - 8:46

Salut Jacqueline.

Le terme de "drogue" est trop générique pour en faire des généralités en matière de conséquences. Définissons-le (dixit un simple dico Wink :
"Produit ou substance qui provoque une accoutumance".
C'est donc valable pour beaucoup de choses .... les classiques tabac, alcool, médicaments, héroïne, cocaïne, cannabis ... ou tout autre chose dont on ne peut pas se passer et qu'on consomme à outrance. Depuis quelques temps, avec la montée de l'obésité, on peut dire que la nourriture est devenue une drogue dont les effets sont tout aussi dévastateurs que les produits cités précédemment.

Mais revenons aux classiques :
- Le tabac agit comme un stimulant cérébral et n'a pas d'incidence néfaste sur le cerveau (que je sache).
- L'alcool fort détruit les neurones. Il débilise et provoque ce qu'on appelle le syndrome de Korsakoff (ralentissement des fonctions cognitives, réflexes allant jusqu'à l'incontinence totale). Les effets sont irréversibles.
- L'héroïne attaque la mémoire et les centres de la douleur qu'elle inhibe (d'où ces douleurs insupportables à la désintoxication).
- La cocaïne déclenche des délires paranoïdes et peut provoquer une psychose durable, même après le sevrage.
- Le cannabis agit essentiellement sur la mémoire. Comme la mémoire se "travaille", elle peut être récupérée en partie à l'arrêt de la consommation ... jusqu'à un certain point. Ce qui est très problématique à l'adolescence et est un facteur XXL du décrochage scolaire.
- Les médicaments, selon le type de substances.

Voici pour les grandes lignes.
Il est évident que la précocité de l'intoxication à une ou plusieurs substances est plus dévastatrice qu'à l'âge adulte (après scolarisation et études sup')

J'ai sûrement oublié plein de choses mais là, mon cerveau me dit stop ... et bonne nuit Sleep Sleep Sleep Shocked  par over-dose de boulot @ @
 
... quant aux différentes zones touchées ... euh ... il faudrait que je revois mon anatomo-physiologie cérébrale .....
(mais d'ici là, super Tché va bien nous trouver ça, va Twisted Evil)

 A bientôt !
avatar
Aelyta

Messages : 336
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 47
Localisation : Champagne °°o°o0°o°°o°

Revenir en haut Aller en bas

Ignorante en ce domaine MOA !

Message par Line le Jeu 4 Aoû - 10:17

Bonjour Aelyta, ou bonne nuit

Je n'ai aucune connaissance sur les drogues et leur action sur le cerveau,
Je te remercie de toutes ces informations, j'ignorais par exemple le rôle des drogues sur la mémoire,
Je ne sais si Tcherno pourra répondre, car il  est comme moi en médecine, mais je sais qu'il a beaucoup de réserves.

Je pensais que le cerveau dans les cas d'accoutumance, avait la faculté de compenser en éveillant d'autres zones du cerveau. Bien sûr je ne parle pas de tout remplacer.

Deuxième point: la destruction des neurones, ces gens sous l'emprise de l'alcool, drogues etc, régressent-il du point de vue intelligence, baissent-ils leur QI ?

Merci Aelyta pour ces réponses
Bises
avatar
Line

Messages : 657
Date d'inscription : 03/07/2016
Localisation : Est / vers Besançon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cerveau et la drogue

Message par Tchernobilly the kid le Jeu 4 Aoû - 15:48

@elyta :
non, en médecine je te laisse le micro (même si, comme pour le sujet "hernie hiatale", j'ai respondu ... plus sur l'aspect sémantique que médical)

Pour ce qui est des effets dévastateurs, je crains que des substances ne remplacent - en pire - auprès des jeunes générations l'alcool chère aux précédentes, ou qu'elles n'en décuplent les effets chez la adeptes du binge drinking.

Et puis on peut élargir la notion de drogue : certaines doctrines, certain comportements de masse n'agissent-ils pas comme des drogues ?
Le "lavage de cerveau" n'est pas d'origine chimique, mais peut-être tout aussi destructeur !

.
avatar
Tchernobilly the kid

Messages : 936
Date d'inscription : 11/07/2016
Age : 69
Localisation : midi moins le quart

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cerveau et la drogue

Message par Aelyta le Jeu 4 Aoû - 21:47

@Jacqueline :
Les pertes de mémoires liées à l'alcool sont bien connues dans les phases aigues ( = cuites). Nombreux sont ceux qui ne se souviennent pas de leurs soirées bien trop arrosées. Quand c'est exceptionnel, sur un cerveau adulte en pleine possession de son intellect, il n'y a pas d'incidence sur le long terme.
C'est la répétition dans le temps qui pose problème.

Mais c'est valable pour tout. Il n'y a pas une "drogue" plus dangereuse qu'une autre. C'est une question de quantité.
Exemples : On ne devient pas alcoolique en faisant des excès 3-4 fois/an (fêtes, anniversaires) comme la plupart des gens. Mais en les multipliant ou simplement sans excès avec le vin à chaque repas, communément appelé l'alcoolisme mondain (un peu, mais tous les jours). Il est évident que le QI en prend un sacré coup, à la longue ...
Les neurones sont comme n'importe quelle cellule de l'organisme, ils se régénèrent si on leur en laisse le temps.
Comme on ne devient pas obèse en mangeant sainement (sauf dans quelques rares pathologies endocriniennes).

Après, il y a des prédispositions génétiques qui font que certains "accrochent" très vite.

S'il n'y a qu'une seule généralité, c'est que la dangerosité d'un produit résulte dans sa fréquence et quantité de consommation, non dans le produit lui-même.

@Tché :
Ah bon ? Tu es nul en médecine ....? Un grand cerveau comme le tien, m'enfin ! Sans doute pas tant que ça .... cela me fait penser à une discussion que j'ai eu avec @Guillaume sur un sujet de cardiologie où il est apparu qu'il avait de solides connaissances, bien que physicien dans l'âme. Dommage que cette question ait sauté .... ça n'a pas du plaire à tout le monde (< Non-non >, je ne vise personne Smile )
Ok, le sieur Guillaume, c'est une pointure en beaucoup de choses ....

Et c'est clair que le lavage, ou lessivage, devrais-je dire, de cerveau par des conneries idéologiques provoquent les mêmes dégâts désastreux ... mais là, on parlait plus de "consommables" que de manipulations mentales. Je dirais que ces dernières sont bien pires que n'importe quelle drogue, par ailleurs ...
avatar
Aelyta

Messages : 336
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 47
Localisation : Champagne °°o°o0°o°°o°

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cerveau et la drogue

Message par Tchernobilly the kid le Ven 5 Aoû - 10:24

Aelyta a écrit:
Et c'est clair que le lavage, ou lessivage, devrais-je dire, de cerveau par des conneries idéologiques provoquent les mêmes dégâts désastreux ... mais là, on parlait plus de "consommables" que de manipulations mentales. Je dirais que ces dernières sont bien pires que n'importe quelle drogue, par ailleurs ...

Des consommables au prêt-à-penser, il n'y a qu'un pas !

.
avatar
Tchernobilly the kid

Messages : 936
Date d'inscription : 11/07/2016
Age : 69
Localisation : midi moins le quart

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum