Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Admin le Sam 4 Mar - 3:07

Après un peu d'absence me re voila avec la suite de la réalisation de mon GDO.

A la base j'étais partie sur une EC88 (Triode UHF employée en amplificatrice dans les tuners télé). Les résultats sont bons sur le plan oscillateur. Je voulais couvrir une bande assez large de fréquence, en tout cas assez voisine du HR102 Ferisol. l'oscillateur du GDO est bien sur un Colpitts car il possède une meilleur stabilité de fréquence par rapport à l'oscillateur Hartley. Ainsi des petites variations de la tension d'anode ne font pratiquement pas varier la fréquence.

Dans mon cas je couvre une gamme allant de 1.5 mHz à 300 mHz sans trous et en 7 bandes avec donc un jeu de 7 bobines enfichables. Autre avantage je n'ai pas besoin de bobines à point milieu ce qui simplifie la connexion et réduit les problèmes de capacités parasites dans le support d'enfichage des bobines ainsi que dans les connexions.

Le HR102 Ferisol couvre la même bande mais grimpe à 400 mHz. Mon montage ne peut dépasser les 300 mHz pour des considérations d'ordre mécanique, notamment en ce qui concerne le condensateur variable. Mais déjà de 1.5 à 300 mHz c'est bien. Toutefois en ce qui concerne le courant nécessaire pour la déviation du milliampèremètre c'est pas ça dans le sens ou dès que je dépasse les 100 mHz la profondeur du Dip sur la galva devient faible et ne permet donc pas une bonne mesure de la fréquence de résonance.
Pour rappel, on le sait, plus on approche le circuit accordé de la bobine du Grid Dip et plus la déviation est importante mais lorsque l'on approche trop le circuit à mesurer il va se produire en raison du couplage assez important un effet de rétro action sur l'oscillateur et à ce stade le Dip plonge à la fréquence de résonance puis tend à se verrouiller pour enfin se libérer quand on poursuit la variation de fréquence du GDO. Ce problème empêche donc de trouver le creux dans le courant de grille de façon précise. Or en éloignant le circuit à mesurer cet effet d'accrochage disparaît mais à ce stade la déviation de l'aiguille du galva devient trop faible pour trouver avec précision le dip.

La seule façon de contrer le problème c'est bien sur d'ajouter un étage amplificateur qui prélève une partie de la tension de grille du VCO pour l'amplifier afin de commander le galva. Et donc il faut non plus une simple triode mais une double. En fouillant dans mes stocks de tubes j'ai dégotté plusieurs ECC189 et j'ai donc refait le montage avec ce tube. L'ECC189 est une double triode à pente variable avec écran inter triode intégré. Ce tube était utilisé en montage cascode pour l'amplification VHF dans les circuits HF de téléviseurs.
Bilan de la modification : PARFAIT ! J'ai maintenant une très bonne lecture du Dip même à 300 mHz et avec un couplage très lâche et donc sans accrochage. dans la bande allant de 100 à 300 mHz je peux éloigner le circuit à mesurer jusqu' à 3cm de la bobine du GDO tout en ayant des Dips faisant dévier l'aiguille du galva sur plus d'un tiers de sa course voire la moitié. Dans ces conditions on peut très précisément trouver le point de résonance et donc la fréquence du circuit accordé.



Conséquences de la modification :
Pour ce qui est de la H.T. elle reste dans le domaine 140 à 150 V pas de changement. Le total du courant plaque de l'oscillateur et de l'ampli de mesure reste bien en dessous des possibilité du convertisseur 12V / 150 V et le Mosfet est tiède. Aucun problèmes.
Pour ce qui est du chauffage tube en revanche il va falloir modifier le circuit. En effet l'EC88 était peu consommatrice en courant de chauffage (165 mA) Or pour l'ECC189 il faut 360 mA. Cette tension est actuellement obtenue à partir d'un régulateur 7805 avec une résistance de pied pour ajuster sa sortie à 6.3V Mais en entrée nous avons 12V ! et le 7805 commence à chauffer pas mal. Pour poursuivre mes essais je l'ai doté d'un morceau d'alu épais et de bonne dimensions afin de lui permettre de s'aérer mais il n'est pas concevable de laisser ainsi ce pauvre 7805 qui risquerai d'avoir un coup de chaleur morbide par la suite. Il va donc être nécessaire de trouver un plan B sur ce point. Je n'ai rien décidé encore, j'ai 2 options :
Monter un petit régulateur Step Down qui lui ne chauffera pas et pour cause vu le principe utilisé.
Utiliser une cascade de 2 régulateurs linéaires pour répartir la dissipation ; un 7809 avec en cascade un 7805.
On verra ça par la suite.



Sortie des bobines HF : L'idée de Pierre est excellente, j'ai fait des tests avec des prises DB9 et ça fonctionne très bien.
Pour les bandes hautes les bobines sont couplées seulement avec les cages de 2x 60 pF du CV auquel est raccordé par défaut le tube. Et pour les bandes basses le couplage avec les 2 cages de 470 pF se fait dans la DB9 qui par un pont sur 2 broches de chaque coté connecte les cages de 470 pF sur les cages de 60 pF.



Connexions courtes et réduction des capacités parasites entre le tube oscillateur, le CV et les bobines :
Le tube est en montage couché (ce qui ne pose pas de problèmes pour une ECC189) et monté au plus près du CV. La DB9 étant également montée au plus proche.
Afin de réduire la longueur des connexions CV / Oscillateur j'ai remplacé l'ancien CV (vu en photo dans les précédents articles) par un modèle 2x 2 cages de plus petite taille. CV récupéré sur un vieux poste de radio à transistor Grundig en épave.
Toujours dans le but de raccourcir le plus possible les connexions ce qui pour atteindre les 300 mHz est indispensable. J'ai utilisé une vieille astuce que j'ai mis en pratique bien des fois dans mes montages oscillateur HF à tube : Le tube n'est plus enfiché sur un culot (culot Noval dans le cas présent). Le tube est maintenu dans un collier métallique avec un manchon de feutrine intercalé entre le tube et le collier et les connexions au broches du tube sont réalisées avec des picots femelles récupérés sur des connecteurs. les picots élastiques font un très bon contact avec les broches et on peut souder dessus les composants. ainsi le montage est encore plus prêt du CV.

Pour l'instant le montage est en cours de tests mais donne de très bons résultats. Dans un prochain article on verra la partie mécanique (entraînement d'un tambour gradué par le CV pour faciliter la lecture des valeurs, éclairage du galva et du réticule de lecture de la fréquence).

Élimination des impulsions parasites produite par le convertisseur HT :

maintenant que le montage est en double triode avec amplification de la variation de tension de grille, le gain de l'ensemble est plus sensible au parasites qui se promène sur les circuits d'alimentation.
Premier détail : En posant le doigt sur le refroidisseur du 7805 alimentant le chauffage tube on constate une variation de l'aiguille du galva. Là c'est clair il se promène des choses louches dans la paire torsadée d'alimentation du chauffage tube. Après visualisation à l'oscilloscope je retrouve ces foutus impulsions de l'étage de puissance du convertisseur sur le chauffage tube. (coté HT c'est propre grâce aux selfs de chocs).
Élimination du problème :
- Montage d'une double self sur ferrite sur les + et - de l'alimentation 12V
- Adjonction d'une capa de 0.1 µF sur le + 6.3 V chauffage tube eu plus près de la broche du tube et reliée au point de liaison de toutes les masses des tubes.
Résultat : Bingo c'est redevenu propre, plus de traces de ces impulsions au niveau des circuits des deux triodes.




Quelques images prises en cours de montage :
L'ECC1898 dans son collier. On distingue le manchon de feutrine blanche entre le tube et le collier pour la protéger des chocs.
Les deux fils bruns torsadés d'alimentation du chauffage tube.
à leur droite la self de choc VK100 sur la broche de cathode. On peut voir sur cette broche du tube un des picots élastique utilisé pour se passer du support Noval.
Le "sol" du montage HF est fait à partir d'un bout de blindage récupéré sur une tête HF de tuner d'un magnétoscope. Ce morceau de métal permet facilement de faire des soudures de masse ce qui n'est pas le cas du fond de boitier qui lui provient d'un lecteur de CD et dont le métal est traité par anodisation.
Sur la droite on distingue les 4 picots du CV 2x 60 pF + 2x 470 pF
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vue en cours d'assemblage des connexions HF
Les connexions entre la DB9 et le CV sont réalisées en rigide 1mm de section, au plus court tout en croisant les fils pour éviter les capacités parasites entre fils si ils étaient alignés.
La DB9 mâle utilisée à son support métallique soudé sur le chassis et est équipée de colonnettes qui seront fixées sur la tôle du boitier.
En bas on distingue la 220 Ohms qui est soudée sur le choc VK 100. La cathode de la triode est mise à la masse via cette 220 Ohms.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le montage partie triode oscillatrice en cours de test (la seconde triode d'amplification de mesure est aussi en service).
- Sur la gauche on distingue la sonde de l'oscilloscope connecté via un 68 pF sur la plaque de la triode ampli de mesure. j'étais en train de visualiser ces foutus impulsions parasites provenant du convertisseur.
- Les connexions HT sont protégées par des manchons isolants enfilés sur les picots élastiques qui vienne sur les broches du tube.
ici ce sont les anodes des deux triodes qui sont équipées de ces manchons.
- A droite du tube entre le CV et la DB9 on voit les 2 capas céramique Phillips de 50 pF (petits carrés gris clair et gris sombre) - Liaison plaque et grille de la triode sur le circuit LC oscillateur du Colpitts.
- Tout à droite on peut voir la pignonnerie de commande du CV et la partie basse de la ficelle d'entraînement du CV (véritable ficelle prévue et dédiée aux entrainements de CV)
- Au fond en haut on voit une partie du veroboard supportant le convertisseur HT, et la navette 12V 5W de régulation du courant de drain du Mosfet.
- Au centre 2 résistances de 15 K : résistance de plaque de la triode et résistance sur la grille de la triode oscillatrice du GDO.
- La 33 k visible en bas fait partie du diviseur de tension de grille qui va alimenter la grille de la seconde triode destinée à driver le galvanomètre.
Sur la DB9, enfichée en provisoire on voit 2 picots dorés de la bobine de la gamme 75 - 150 mHz qui se résume à 1 spire en rigide de 1.5 mm bobiné en l'air sur diamètre 12 mm.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Admin c'est Adriana La Diablesse.
pour ceux qui ont pas captés ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 1804
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 31
Localisation : Pas loin de Brest

http://acces-club-q-r.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Admin le Dim 5 Mar - 0:50

Suite de la réalisation du Grid Dip.

Le schéma du Grid Dip est on ne peut plus classique :
Pour rendre l'image visible la partie condensateur variable et inductances est coupée sur cette vue.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La partie gauche de l'ECC189 est le Grid Dip. le couplage vers l'ensemble CV/inductances se fait par 2 capa de 50 pF
La cathode est reliée à la masse via un choc VK100 et une 220 Ohms qui permet de limiter les variations d'amplitude du signal HF.
La plaque est chargée par R1 15k reliée au + HT
(par la suite une capa de 10 pF sera ajoutée sur le circuit plaque pour prélever une partie de la HF qui sera amplifiée par un JFet pour réaliser une sortie HF externe.)
La composante continue venant de la grille de l'oscillatrice est extraite via le diviseur R2 et R3 de 15k et 33k puis est dirigé vers la grille de la seconde triode
via R5 100k (une capa de 1 nF a été ajoutée au point de liaison R2/R3 > R5, reliée à la masse pour éliminer la majeur partie du signal HF, je l'ai oublié sur le schéma).
La seconde triode est cathode à la masse et plaque chargée par R6 47k vers le +HT.
Sur la plaque de cette triode on prélève la tension qui alimente le galva.
Le retour du galva est connecté à un potentiomètre R9 de 100k - intercalé dans le diviseur R7 / R8 afin d'ajuster le zéro du galva en fonction de la fréquence du GDO.
La meilleure lecture du dip se fait en calant l'aiguille (hors résonance) vers 1/3 de l'échelle.

Partie CV et inductances :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Rien de particulier dans cette partie. L'oscillateur Colpitts utilise par défaut la partie 2x 60 pF du CV qui est reliée aux extrémité de la DB9
Les bobines en bande haute (> 75 mHz) sont connectées au 2x 60 pF.
Les bobines en bande basse ont un pont qui ajoute la partie 2x 470 pF au 2x 60 pF.

Vue du montage :

L'ECC189 avec ses composants. Le montage est fait à l'ancienne sur de la barrette isolante en bakélite noire datant des années 1950.
Sur cette vue on distingue un picot femelle servant de connections sur les broches du tube.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Seconde vue : La capa rouge à droite du tube est le filtrage du chauffage tube destiné à éliminer les impulsions provenant du convertisseur HT.
Toutes les résistances sont de récupération, les anciens modèles testées et de bonne valeur. Étant ici soumise à des courants dérisoires elle ne chauffe pas du tout et ne devraient pas varier dans le temps.
à droite en bas le potentiomètre de zéro du galva. il restera en bas du montage sur le châssis et son axe sera prolongé pour traverser le coffret. Il est préférable de le laisser ainsi pour avoir des connexions pas trop longues pour éviter les perturbations et son boîtier est impérativement relié au châssis sinon on constate un "effet de main" non négligeable.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Vue du CV utilisé :
Comme je vous l'ai dit le premier CV n'a pas été retenu en raison des distances importantes pour effectuer les liaisons au circuit. Les dimensions des connexions ne pouvait pas permettre d'atteindre des fréquences supérieures à 100 mHz. Il est donc remplacé par ce modèle bien plus petit mais de bonne facture.
Dans celui ci pas de rattrapage de jeu de denture, mais pour autant il n'a pas de jeu dans sa pignonnerie et permet un calage précis du VFO.
Vous noterez la belle ficelle d'entraînement. Eh oui c'est de la véritable ficelle comme on en fait plus, récupérée bien sur dans un ancien tuner. Comme quoi les poubelles...
La course totale de l'axe poulie fait un tour et demi ce qui bien sur n'est pas envisageable pour placer directement un disque gradué sur le CV.
Pour cela il faut que la dite ficelle entraîne un axe dont le rapport du diamètre au rapport du diamètre de la poulie du CV soit supérieur et ainsi obtenir un tour de rotation pour les un tour et demi de rotation de la poulie de CV. Comme je suis partie dans l'idée de construire un GDO assez proche du vénérable HR102 j'ai utilisé le même principe.
A savoir on entraîne pas un disque mais un tambour gradué contenant les graduations respectives de chaque inductance. Vous verrez cette partie mécanique plus tard.
Sachez que dans l'histoire la boite de concentré de tomate Victoria de 140 Grammes est fondamentale !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le milliampèremètre de mesure du Dip :
J'en ai testé plusieurs, celui ci est parfait et permet de voir de petites déviation du Dip. Il provient d'un cadavre de mini cassette Philips trouvé dans une poubelle.
Là il n'est pas encore modifié pour la réalisation du GDO. Pour ce faire son cadran sera re-dessiné en Dip mètre et il sera pourvu d'un rétro éclairage.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Vue d'une inductance en test :
Celle ci n'est pas définitive, elle permet de travailler dans la bande 160 - 250 mHz.
A cette fréquence, tous les utilisateurs de Grid Dip le savent, l'inductance se résume à une demi boucle. Elle est réalisée en rigide 1.5 mm2 et soudée sur des broches femelles récupérées sur un connecteur.
Les versions définitives seront assemblées sur des DB9 femelles (Merci Pierre pour ce bon tuyau !).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A propos des inductances :
les inductances pour les bandes basses sont réalisées sur du tube PVC de 12 mm. Astuce à connaître : certains PVC ont une fâcheuse tendance à perturber les inductances étant pas totalement isolants. Cela concerne particulièrement le tube PVC gris foncé. Ici j'utilise du tube PVC gris clair qui semble être bon isolant en HF. Pour le savoir, une seule méthode : Prendre un bout de PVC a tester et le placer dans le four micro onde et faire "cuire" 30 secondes. Si il ressort froid bah pas de problème il ne contient pas de particules conductrices.

Les inductances prévues pour 1.5 à 30 mHz sont réalisées en fil fin verni à spires jointives bobiné sur le PVC puis immobilisées au vernis.
Les inductances prévues pour > 30 à 60 mHz sont réalisées en fil verni de 0.7 mm2 de section en spire jointives sur PVC puis vernies.
Les inductances pour > 60 à 100 mHz sont réalisées en fil de 1.5 mm2 de section en spires espacées sur PVC. on cale la bande de fréquence en ajustant l'espacement des spires puis on immobilise et on vernis le tout.
Au dessus de 100 mHz les inductances sont en rigide 1.5 ou 2.5 mm2 bobiné sur mandrin puis on retire le mandrin pour laisser les spires en isolement à l'air et immobilisées au vernis HF. (Pour éviter un dérèglement des inductances bobinée "en l'air" elle seront placées dans un tubes transparent en métacrylate je sais plus quoi).

Vue documentée du montage :
Toutes les masses sont ramenées sur un seul point de soudure réalisé sur la tôle supportant le circuit, précaution indispensable et bien connue de ceux qui pratique la HF.
Sinon des courants HF circulent entre point de masse et le montage tend a faire tout ce qu'il veut sauf ce qu'on lui demande.
La philosophie du montage est à l'ancienne. toute la partie HF est réalisée sur de la barrette à picot et non pas sur un circuit imprimé. cela permet des connexions courtes ce qui est indispensable dans ce genre de montage.
Bien que on peut le faire sur CI mais pourquoi s'emmerder à faire un typon et graver une plaque pour si peu de composants ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il reste ensuite le petit circuit ampli HF qui prélèvera une partie de la HF sur la plaque de la triode oscillatrice pour la diriger vers une BNC ce qui permet d'une part de vérifier de temps en temps l'étalonnage en connectant le GDO sur un fréquencemètre et d'autre par de pouvoir l'utiliser comme petit générateur HF pour certaines bidouilles.
Autant ne pas s'en priver. cette partie sera réalisée sur un petit veroboard. Elle comporte juste un JFet et un transistor bipolaire.
Le Jfet est un étage sans gain à haute impédance d'entrée isolant la triode oscillatrice, le bipolaire permet un gain de l'ordre de 5 à 10 dB pour obtenir un signal exploitable pour divers choses.

_________________
Admin c'est Adriana La Diablesse.
pour ceux qui ont pas captés ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 1804
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 31
Localisation : Pas loin de Brest

http://acces-club-q-r.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Pierre le Dim 5 Mar - 12:06

Concernant le chauffage du tube à partir du 12 V : j'ai fini par retrouver ce que j'avais fait il y a une trentaine d'années pour un problème similaire.  

Donc, pour éviter que le régulateur ne chauffe trop, il suffit de faire en sorte qu'il ne soit pas traversé par la totalité du courant de chauffage, mais par exemple 1/3 seulement.  C'est largement suffisant pour assurer une régulation efficace puisque le tube consomme toujours au moins 360 mA. 

On met donc en parallèle sur le régulateur entre l'entrée et la sortie une résistance qui laisse passer 240 mA sous 5,7 V soit 22 Ohms, et le régulateur est monté comme d'hab avec un pont diviseur qui régule à 6,3 V, et les condensateurs entrée et sortie pour éviter les instabilités.

La dissipation du régulateur est ainsi divisée par 3, sauf au  départ mais ça ne dure que quelques secondes.  On peut prévoir une coupure du régulateur pour maintenir le filament en température, position stand-by avec la HT coupée...
avatar
Pierre

Messages : 260
Date d'inscription : 21/08/2016
Age : 74
Localisation : Orléans-Saran

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Admin le Dim 5 Mar - 16:19

Alors là Pierre : Bravo ! Et un grand merci ! L'idée est géniale. Dans le cas d'un chauffage tube en effet les petites ronflettes secteur n'ont pas d'importance ce qui compte c'est de réguler et donc on peut mettre en by-pass une résistance sur le régulateur.
Je n'avais jamais vu cette astuce et pour cause ! Quand on utilise des 78xx c'est pour non seulement réguler la tension mais aussi éliminer les ronflettes sauf que là ça n'a pas d'importance. C'est simple mais il fallait y penser ! Comme quoi les échanges d'idées sont fondamentales. Cerise sur le gâteau je pourrai en effet mettre une position stand-by bien utile sur cet appareil.
Encore merci pour cette astuce que je vais ajouter dans l'alimentation.
Et cela me retire une double épine du pied car comme je l'ai évoqué, j'avais pensé mettre un régulateur step down pour le chauffage tube mais d'un autre coté cette solution ne me tentait guère car évidemment, une fois de plus j'aurai eue des problèmes de parasites à éliminer, parasites provoqués par les fronts raides du courant découpé par le step down.

_________________
Admin c'est Adriana La Diablesse.
pour ceux qui ont pas captés ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 1804
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 31
Localisation : Pas loin de Brest

http://acces-club-q-r.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Pierre le Dim 5 Mar - 18:50

Heu...  Il y a un petit détail qui t'a échappé : le régulateur continue à réguler quand même, et si la résistance de 22 ohms injecte de la ronflette, du moment qu'elle est inférieure au courant du régulateur (en crête à crête) alors le régulateur fera de la ronflette complémentaire pour annuler  la ronflette injectée.

Si par exemple on suppose que la résistance dynamique de sortie du régulateur est 0,1 ohm, alors la ronflette en sortie sera 0,1/22 de celle en entrée, soit 220 fois moins. Par contre la ronflette apparaitra en stand-by. OSEF !


Mais il y a quelquechose que je ne comprends pas bien : c'est la self de choc dans la cathode. Elle a pour effet de réduire le gain du tube aux fréquences élevées, ce qui me semble contraire à ce qui serait souhaitable.  En principe on cherche plutôt à réduire l'inductance de cathode au minimum, au besoin en mettant plusieurs connexions en parallèle.  

A mon avis ça devrait résoudre le problème du courant grille trop faible dans les gammes de fréquences élevés, et en raccourcissant encore les fils tu devrais atteindre les 400 méga.
avatar
Pierre

Messages : 260
Date d'inscription : 21/08/2016
Age : 74
Localisation : Orléans-Saran

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Admin le Dim 5 Mar - 22:15

Mes compétences en électronique sont bien plus petites que les tiennes, aussi je lis avec attention tes informations.
Pour le régulateur, oui je devine le principe, puisqu'il fonctionne comme une boucle d'asservissement je comprend que si la ronflette est inférieure au courant du régulateur il va produire une ronflette complémentaire pour contrer l'ondulation. Je n'avais pas songé à ce détail.
En tout cas ta solution est impeccable. le 7805 est tiède disons 25 - 27 degrés au toucher c'est parfait.
J'ai donc ajouté une 22 ohms 1W entre entrée et sortie. Encore merci pour ce tuyau génial.

A propos de la self de choc dans la cathode, dans ma bagarre contre les impulsions parasites du convertisseur j'ai du l'ajouter par erreur. je vais donc la retirer et voir le résultat en bandes hautes.
Certains schémas de Grid Dip sont cathode à la masse, d'autres intercalent une résistance entre 100 et 220 ohms entre cathode et masse et j'ai lu que cela permettait de limiter les différences d'amplitude entre les fréquences basses et hautes.
Dans la logique il faut découpler cette résistance par une capa en parallèle c'est bien ça ?

Dans le HR102 c'est différent la cathode passe par une résistance avec une self en parallèle. le schéma n'indique hélas pas la valeur de cette self, je tacherai de trouver une autre doc sur le HR102/.

Donc j'ai une erreur, je devrai ajouter 10 ou 20 nF en parallèle sur la 220 ohms. Tu me dira ce que tu en pense.

Pour la self en parallèle sur la résistance dans la liaison cathode masse, là je ne sais pas pourquoi ils ont prévu cela. Dans la flopée de schéma de GDO c'est le seul à avoir cette disposition.

Atteindre les 400 méga : Ça va être coton pour diminuer encore les longueurs de connexion entre la DB9 et le CV. les picots des cages 60 pF et 470 pF sont espacées de environ 15 à 18 mm. je pourrai peut être gratter quelques millimètres mais guère plus. Or pour atteindre les 300 mHz ma boucle se résume à une barre de cuivre directement soudée sur 2 picots femelle. Donc pour atteindre les 400 faudrait que je gagne je ne sais pas combien mais plus de 1 cm au total voire plus ??? je sais pas.

Autre mystère, je ne sais pas quelle est la limite de l'ECC189 en fréquence, les datasheet sur ce tube existent j'en ai consulté pas mal mais rien n'est indiqué à ce propos. Pour la précédente triode en revanche là c'était indiqué. Mais l'EC88 équipait les tuners UHF alors que l'EC189 est prévu en ampli bande VHF télé (pour les anciens tuners bande I, II et III qui allait de 47 à 230 méga.) donc peut elle grimper à 400 ?
j'ai pas d'infos. Mais en tout cas à l'oscillo je vois bien que dès que je dépasse les 250 méga mon signal commence à pas mal faiblir. ça vient pas de l'oscillo, là j'utilise un ancien Schlumberger 5229 donné pour 500 mHz.

Mais bon je peux me contenter de plafonner à 300 mHz car j'envisage de faire un autre GDO qui lui grimperai plus haut idéalement j'aimerai atteindre les 2.4 gHz (tu te doutes bien pourquoi). Donc ce second GDO peut commencer à 300 et aller au 2.4 giga.
Là je vais pas passer par la case tube, je passerai par du Fet ou Mosfet pour évidemment avoir des connexions très courtes. Mais là je devine que je vais avoir du fil à retordre ! je n'ai pas encore fait d'oscillateurs dans des domaines de 1 giga et plus. Je sais que là tout se passe dans la forme des pistes sur le circuit imprimé. faut que je planche là dessus et j'entre là dans ton domaine de fréquences.
Mais je verrai ça plus tard, je dois déjà terminer complètement l'actuel GDO.

Pour l'instant je viens de terminer la modif sur le 6.3V, jai également ajouté un bout de veroboard avec une équerre pour fixer proprement le double filtre sur ferrite qui est en entrée d'alimentation 12V.

J'ai du pain sur la planche en bricolage et réparations ! dans ma collection d'appareils de mesure j'ai 4 Oscillo Tektro modèle 465 B (une rolls à l'époque et toujours très apprécié) J'ai acheté le lot pour pas cher mais j'ai 2 de ces oscillos en panne (d'ou le prix dérisoire du lot) un des deux à fonctionné une heure puis paf plus rien (problème d'alim). L'autre là c'est une sacré vacherie soit dans le balayage soit dans l'ampli horizontal.
Et ces engins sont des usines à gaz ! Boudiou le monde là dedans dont des composants spécifiques à Tektro bien sur. J'ai récupéré les schémas mais histoire de faire encore plus chier il ont fait plusieurs versions du 465B. les cartes ne sont pas les mêmes. Bref là j'ai du sport en perspective. Bon je verrai ça plus tard.

_________________
Admin c'est Adriana La Diablesse.
pour ceux qui ont pas captés ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 1804
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 31
Localisation : Pas loin de Brest

http://acces-club-q-r.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Pierre le Dim 5 Mar - 23:04

Pour monter en fréquence, comme j'ai dit, je pense que le fait de supprimer la self de cathode permettra de grimper plus haut.  La résistance de 220 ohms régularise le gain en diminuant la pente effective, mais à mon avis c'est en faisant des essais que tu trouveras l'optimum, les calculs sont bien trop compliqués et hasardeux.

L'idée de mettre un condensateur en parallèle avec cette résistance revient en fait à le mettre en série avec l'inductance de la connexion de cathode, pour obtenir un gain maxi dans une bande de fréquences, logiquement la plus haute. Je verrais plutôt des valeurs du genre 47 pF (très pifométrique)  

Il devrait être possible de gagner un peu encore en remplaçant le fil qui réunit les deux plots de la DB9 par un condensateur, avec les fils les plus courts possibles, par exemple un CMS, de faible valeur biensûr, reste à savoir si ça va encore osciller....
avatar
Pierre

Messages : 260
Date d'inscription : 21/08/2016
Age : 74
Localisation : Orléans-Saran

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Admin le Dim 5 Mar - 23:32

Précieuses informations Pierre. je vais commencer par enlever le choc, travail un poil délicat car il se trouve dans le bas du montage mais je vais y arriver.
Pour la 220 ohms, d'accord je vais faire des essais avec différentes valeurs pour voir si j'égalise un peu plus le niveau entre bandes basses et hautes.
Ok pour l'idée d'obtenir un gain maxi dans une bande de fréquences en ajoutant le condo sur la résistance de cathode, je vais partir de ta valeur pifométrique de 47 pF et passer par plusieurs valeurs au dessus et en dessous pour voir si je peux améliorer en ayant moins de différences de niveau entre le bas et le haut de la gamme de fréquences couvertes.

En fait c'est surtout utile si j'ajoute ma sortie permettant de faire un petit générateur HF pour de la bidouille. Car le niveau de HF dans le haut de la bande de fréquence est certes plus faible que dans le bas mais encore tout a fait utilisable. Hier mes essais dans la zone 250 - 300 méga ont été pas mal du tout, je vois parfaitement le Dip avec un circuit accordé distant de 3 à 4 cm de l'inductance du GDO c'est pas mal du tout. Mais évidemment ce résultat vient du fait d'avoir ajouté la seconde triode en amplification pour commander le vu mètre.

Mais si je peux malgré tout égaliser mieux l'amplitude HF sur toute les bandes ça permettrai d'avoir moins d'amplitude de réglage du niveau de sensibilité du vu mètre et donc avoir un réglage moins pointu. Actuellement les écarts entre le bas et le haut sont importants et le réglage du vu mètre demande une assez grande plage de tension.

Je vais faire des essais et je te dirai ici le résultat.
J'ai pas fini mais alors pas fini d'en apprendre, donc je te remercie encore pour tes précieux conseils.

_________________
Admin c'est Adriana La Diablesse.
pour ceux qui ont pas captés ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 1804
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 31
Localisation : Pas loin de Brest

http://acces-club-q-r.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réalisation d'un Grid Dip Oscillator (GDO) à tube. La suite : Partie HF

Message par Admin le Lun 6 Mar - 3:19

Ajout : Avant de procéder à des tests avec différentes valeurs de résistances capacités dans le pied de cathode je vais faire des clichés des mesures prises à l'oscilloscope pour avoir une base de comparaison.
Eh oui ce bon vieux Schlumberger 5229 est analogique donc clic clac danke Kodak ! faut que je me bricole un cache pour mon APN et que je fasse des clichés ça va prendre un peu de temps mais je pense bien utile pour voir si je peux améliorer ça.
J'ai bien un oscilloscope numérique mais qui grimpe que à 200 mHz donc je vais me faire ça à l'ancienne.

_________________
Admin c'est Adriana La Diablesse.
pour ceux qui ont pas captés ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 1804
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 31
Localisation : Pas loin de Brest

http://acces-club-q-r.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum